ACA - SCB

Une très belle saison ! *

Pas de miracle pour l’ACA, ni « remontada »… mais les ours ajacciens n’ont pas à rougir de leur prestation à Toulouse. Ce groupe-là est au niveau de la Ligue 1, il l’a prouvé amplement ; tout comme le Sporting Club de Bastia, qui échoue à seulement deux petits points de pouvoir accéder à la Nationale 2, a lui-même largement démontré qu’il avait le niveau. Mais un championnat de football ne se joue pas que sur le terrain… hélas ! Encore une fois, cette saison 2017-2018 l’a démontré. Arbitrages, « contextes », interventions intempestives extra-sportives, condamnations politiques…

Ajacciens ou Bastiais doivent s’adapter en permanence et qu’on ne nous dise pas que cela est le cas pour tous les clubs !… Pour les clubs corses, les traitements injustes se reproduisent bien trop souvent, quasi systématiquement. Cela n’exonère en rien leur propre responsabilité, leurs carences sportives, leur faute aussi parfois, mais très clairement, les clubs corses sont désavantagés, voire réellement handicapés par ce contexte de défiance, que d’aucuns qualifient de « racisme anti-corse ».

Certes, on pourra dire que si quelques énergumènes n’avaient pas fait les idiots à l’approche du bus havrais le 19 mai dernier, les sanctions qui ont suivi n’auraient pas été appliquées, le match aller contre Toulouse se serait peut-être joué tout autrement à François Coty et… mais rien ne sert de refaire l’histoire ! Et si la FFF traitait les clubs corses comme n’importe quel autre club du championnat français, peut-être aussi qu’aujourd’hui ACA et SCB seraient montés dans la division supérieure.

Bref, pour poursuivre sereinement et préparer la prochaine saison, il serait bon de comprendre deux choses :

– pour les supporters, d’intégrer que les clubs corses sont condamnés à l’exemplarité, que la moindre erreur se paie cash, et qu’elle est d’ailleurs attendue pour justifier ensuite un traitement injuste envers nos joueurs. Au lieu donc de se faire aveuglément solidaires des troubles fête, les clubs de supporters doivent veiller à canaliser tout débordement dans leurs rangs.

– pour les dirigeants, qu’il est nécessaire de s’entourer d’équipes juridiques puissantes (le président de l’Assemblée de Corse, Jean Guy Talamoni a pris les devants sur ce point, nous y reviendrons), et de professionnels de l’audiovisuel pour anticiper sur les événements, enregistrer toutes les situations et être en mesure de fournir des preuves irréfutables de leur bonne foi.

Il va falloir se préparer plus sérieusement à affronter les contextes extra-sportifs si l’on espère pouvoir se hisser parmi l’élite.

Forza !

1 Trackback / Pingback

  1. Stampa Corsa, informations corses – Une très belle saison ! *

Les commentaires sont fermés.